La petite bulle du marché de la e-réputation

Par défaut

Je suis depuis plusieurs années le marché de la communication en ligne, sous les angles de la veille d’opinion e-réputation et du community management. J’en ai fait mon métier et, depuis 2006, c’est un secteur qui a connu un essor foudroyant. Quand je cherchais un stage dans ce domaine à l’époque, il n’y avait que 3 ou 4 entreprises identifiables qui proposait ce type de services.

Depuis 2006, quelle explosion ! On ne compte plus les agences issus du marketing, de la communication, du logiciel, ou des RP qui proposent les services complémentaires des stratégies de communication enligne…enfin, si on les compte grâce à Camille de Cadde: plus de 170 agences recensées ! Une petite bulle pleine d’avenir.

La veille d’e-réputation est un marché florissant tout d’abord parce que les entreprises ont envie de connaître, savoir, et pratiquer le web social. Elles manquent de moyens et de cartes pour appréhender elles-mêmes ce secteur. C’est donc pour le moment un secteur au sein duquel les agences de communication sont pour le moment, reines.
Ensuite, les actualités régulières de bad-buzz issus des réseaux sociaux et ayant ébranlés les réputations des entreprises ou des marques viennent alimenter les peurs des directions de communication et du marketing qui redoutent de ne pas être parées pour faire face à des éventuelles actualités sensibles.

Les professionnels se sont donc positionnés sur un marché aux multiples facettes : marketing, relation consommateurs, communication corporate, communication d’influence, etc. Chacun dans nos domaines de prédilection, en harmonie, concurrence et coopétition, nous avons acquis un savoir faire de veille et d’anticipation riche d’enseignements :  mécanismes de propagation d’une information en ligne, qualification d’une information, débat sur l’autorité ou l’influence d’une source, adaptation des technologies aux nouveaux usages du web. 

Quelles évolutions du marché ?

Je pense que la création d’agences spécialisées dans l’e-réputation va s’amoindrir. Le temps passant, moins d’entreprises proposeront ces services, l’offre sera concentrée sur quelques grandes agences, qui se seront constituées par rachat ou par spécialisation par marché / secteurs. 

L’internalisation du service. Comme je l’expliquais dans ce billet, à mon avis, l’essor du volume de données à traiter et l’importance grandissante des enjeux stratégiques liés au web social tendront à internaliser ces fonctions. L’intégration de ces fonctions serait également le signe de la maturité du secteur. 

Enfin, de nouveaux usages vont continuer à se créer et l’adaptation aux nouvelles technologies et nouvelles tendances est la clé de la réussite dans ce secteur.

Pour compléter la réflexion, deux visions complémentaires à ce billet sur le marché de la e-réputation : celui d’Aref Jdey de Demain la veille et celui de Camille Alloing sur Cadde.

Advertisements

Une réflexion sur “La petite bulle du marché de la e-réputation

  1. Nous pensons, et c’est l’origine de notre agence, qu’il existe encore quelques particularités intéressantes concernant le travail sur l’e-réputation, notamment en le croisant avec des techniques d’investigations et de recoupement d’informations.
    Pour vous en rendre compte, vous pouvez visiter notre site…

Les commentaires sont fermés.