Métiers de la data et création de valeur

Par défaut

On entend de plus en plus en plus parler des data par les caractéristiques et les usages qui en sont fait : open data, big data, smart data, etc. Autant de qualificatif pour illustrer la nouvelle ère qui s’offre aux entreprises : l’analyse des données pour créer de la valeur. 

La nécessité pour les entreprises, d’acquérir de nouvelles compétences….

creation_valeurLe nombre de données explose, les technologies d’aide à ces analyses de données évoluent et ouvrent un nouveau champ des possibles. Les compétences pour aborder ces technologies d’analyses sont nouvelles et pointues. Si le métier de data scientist commence à être plus connu et que des formations ouvrent sur ces compétences, il est essentiel de bien identifier les spécialités des data scientists dont les entreprises ont besoin. Comme le disait un intervenant lors d’une table ronde sur les bigdata, l’intégration de ces compétences doit être pensé de façon stratégique, rattaché à une direction proposant une vision globale de l’utilisation des données de l’entreprise (marketing, DSI, stratégie, relation clients,etc.). Dans le même esprit, Matthew Reaney sur le blog Dataconomy propose quatre catégories de datascientists : « Data Business People (DB), Data Creatives (DC), Data Developers (DD), Data Researchers (DR) ». Cette typologie est intéressante car elle démontre les vastes compétences et les différents profils de professionnels qui doivent être conjugués en entreprise pour relever les multiples défis de l’analyse de données. De nouveaux métiers donc, avec les défis RH qui y sont associés.

 

Mais avec un objectif inchangé : l’analyse des données pour créer de la valeur

valeur_infoL’objectif de l’intégration de ces compétences est bien la création de valeur. Lorsqu’on s’engage dans une démarche d’analyse des données, c’est pour en retirer des informations exploitables pour l’entreprise. Des informations qui deviennent dès lors qu’on se les approprie, des connaissances (sur ses clients, ses consommateurs, ses pratiques internes, etc.). Voir à ce propos mon article du Cercle Les Echos. Qu’elles soient des données de géolocalisation, issues de la presse, de la pratique des réseaux sociaux, les données constituent une matière brute, à travailler pour en tirer de l’intérêt et conduire une stratégie adaptée. Les technologies sont différentes mais les objectifs restent les mêmes. Dans ce cas, peut-on considérer que les métiers de l’information d’hier sont ceux de la data aujourd’hui ? L’avenir nous le dira. Quoiqu’il en soit, avec un marché jeune, construisant petit à petit son écosystème avec ses structures et ses spécificités, avec une intégration volontaire de spécialistes de la data au sein même des entreprises, l’analyse des données et la création de valeur ont de beaux jours devant elles.

 

 

Publicités